OPEV Tunísia: Licitació oberta per realitzar un diagnòstic sobre els vectors dels extremismes violents

Cet appel à services fait partie du projet :

« SALAM prévenir l’extrémisme violent en Tunisie : une approche basée sur les droits humains et la consolidation de la paix », financé par l’Instrument de la Stabilité (IdS) sous le Partenariat pour la consolidation de la paix de l’Union Européenne à travers l’appel à projets EuropeAid/154272/DD/ACT/TN

 

LIGNES DIRECTRICES POUR LES DEMANDEURS DE L’APPEL A SERVICES

Date limite de soumission : 18 Mai 2018

Avant 23:59 (heure locale de la Tunisie)

  • Contexte de l’étude

 

L’extrémisme violent est un affront aux valeurs de la société civile engagée dans le maintien d’une paix positive et dans la promotion d’une vraie démocratie, de la sécurité humaine, de la protection des droits humains, du développement durable, et de la justice sociale. En propageant le racisme, la xénophobie et la discrimination et en exploitant cyniquement les croyances religieuses, les différences ethniques et les idéologies politiques, « les extrémistes violents » visent à prendre le pouvoir politique en agissant contre les droits humains et les libertés fondamentales. Leurs idéologies peuvent être adoptées par des individus, des groupes, des corporations ou des Etats.

Du 28 au 30 janvier 2017, la Conférence de Barcelone “Vers un nouveau paradigme: prévenir l’extrémisme violent” a accueilli 322 personnes représentant 172 institutions de la société civile de 22 pays de la région euro-méditerranéenne qui ont été impliquées dans un processus participatif pour la formulation de  « La Déclaration de Barcelone : Plan d’Action de la Société Civile euro-méditerranéenne pour prévenir toutes les formes d’extrémisme violent » et le lancement d’une plateforme régionale appelée : Observatoire pour la Prévention de l’Extrémisme Violent (OPEV).

Le 22 février 2017 à Tunis, plus que 60 organisations de la société civile tunisiennes ont participé au séminaire « Renforcer la résilience et les discours alternatifs: vers un nouveau plan d’action tunisien pour la prévention des extrémismes violents», et ont souligné l’importance de la mise en réseau et la collecte d’actions prioritaires en Tunisie. C’est dans ce contexte que OPEV-Tunisie est né.

Présentation du projet SALAM

S’inscrivant dans la dynamique de l’OPEV-Tunisie, les porteurs de l’initiative « SALAM : Prévenir l’Extrémisme Violent en Tunisie » visent à contribuer à la promotion des valeurs démocratiques de la paix et de la dignité humaine en Tunisie à travers le renforcement des compétences des acteurs non-étatiques en matière de prévention de l’extrémisme violent (PEV). Ce projet est financé par l’Instrument de la Stabilité (IdS) sous le Partenariat pour la consolidation de la paix de l’Union Européenne à travers l’appel à projets EuropeAid/154272/DD/ACT/TN

SALAM est un projet qui s’articule sur deux niveaux :

  • un niveau local qui donne la priorité à 5 régions ( 8 Gouvernorats ), à savoir : Kasserine, Tataouine, , Médenine, Le Kef et Grand Tunis (Tunis, Ariana, Manouba et Ben Arous).
  • et un niveau national

SALAM s’articule également sur 5 principaux axes à savoir :

  1.  Le renforcement l’OPEV-Tunisie comme plateforme de dialogue et de propositions pour la SC tunisienne en matière de politiques publiques visant l’extrémisme violent (EV) ;
  2. La contribution au développement des connaissances sur les causes profondes de l’EV ;
  3. La promotion de la participation des femmes et des jeunes dans la formulation des politiques publiques en PEV, selon les principes de la recevabilité et de la bonne gouvernance ;
  4. La contribution au renforcement de la résilience des jeunes aux récits extrémistes violents ;
  5. La mise en place d’une stratégie pour la PEV dans le milieu carcéral.

Dans ce contexte ; et pour arrêter un plan d’action efficace dans le cadre des actions de l’OPEV Tunisie, on lance l’élaboration de cette étude de diagnostic sur l’extrémisme violent à : Un minimum de 5 et un maximum de 15 Communes Urbaines des régions de Kasserine, Tataouine, Médenine, Le Kef et Grand Tunis (De 1 à 3 par région) et d’un à trois quartiers de Tunis capital. Le nom des Communes urbaines qui feront objet de cette étude seront communiqués à l’équipe responsable de la recherche ultérieurement.

  • Objectifs de l’étude de diagnostic

L’étude a les objectifs suivants :

– Fournir une cartographie des institutions et les acteurs publics et civils et les personnes clés qui s’occupent de la question de l’EV à l’échelle locale (Un minimum de 5 et un maximum de 15 CU des régions de Kasserine, Tataouine, Médenine, Le Kef et Grand Tunis – entre 1 et 3 par région- + entre 1 et 3 quartiers de la ville de Tunis) ainsi que des initiatives déployées par ceux-ci.

– Analyser l’état des facteurs locaux qui promeuvent les extrémismes violents au niveau social dans les zones couvertes par cette (Un minimum de 5 et un maximum de 15 CU des régions de Kasserine, Tataouine, Médenine, Le Kef et Grand Tunis – entre 1 et 3 par région- + entre 1 et 3 quartiers de la ville de Tunis)

– Analyser la présence des mouvements extrémistes violents dans les zones couvertes par cette recherche (Un minimum de 5 et un maximum de 15 CU des régions de Kasserine, Tataouine, Médenine, Le Kef et Grand Tunis – entre 1 et 3 par région- + entre 1 et 3 quartiers de la ville de Tunis)  et leur niveau de soutiens citoyens

– Analyser l’impact local des politiques antiterroristes dans les zones couvertes par cette recherche (Un minimum de 5 et un maximum de 15 CU des régions de Kasserine, Tataouine, Médenine, Le Kef et Grand Tunis – entre 1 et 3 par région- + entre 1 et 3 quartiers de la ville de Tunis) et leur niveau de soutiens citoyens

  • Description des services demandés et considérations méthodologiques :

Les concepteurs de l’étude ou le soumissionnaire doivent inclure au minimum les actions suivantes dans leur note méthodologique :

  • Révision documentaire sur l’extrémisme violent en Tunisie et les différentes initiatives et programmes déployés par les institutions publiques, la société civile et autres pour faire face à ce fléau (Prévention de l’extrémisme violent et Lutte contre le terrorisme)
  • Description accrue des zones d’intervention de cette étude (5 CU de Le Kef, Médenine, Tataouine, Kasserine et Grand Tunis plus un quartier de la CU de Tunis) avec des données statistiques actualisées sur : l’emplacement géographique, données socioéconomiques (taux d’employabilité, taux de chômage, niveau éducatif moyen, taux d’analphabétisme, conditions d’aménagement, accès aux services sociaux de base, structure économique, …) ; infrastructures publiques et privés disponibles en loisir, culture, éducation, jeunesse, transport ; etc.
  • Analyses des différents facteurs tels qu’établis dans le Plan d’action du Secrétaire Général des Nations Unis pour la prévention de l’extrémisme violent dans les zones couvertes par l’action. L’équipe de recherche devrait inclure dans leur note méthodologique des indicateurs qualitatifs et quantitatifs pour analyser les facteurs suivants :
  1. Capital social : Présence et/ou absence d’un tissu social contribuant au renforcement de la résilience de la population locale des zones couvertes par la recherche
  2. Inégalités : Existence et/ou absence des perspectives et opportunités socio-économiques ainsi que des espaces de participation citoyenne au profit des couches les plus vulnérables dans les zones couvertes par la recherche
  3. Conflits gelés : Existence et/ou absence des conflits locaux sans sortie maintenus dans le temps dans les zones couvertes par la recherche
  4. Présence d’organisations et/ou groupes extrémistes violents : présence d’organisations extrémistes violents qui sont en train de capter des adeptes et niveau de soutien citoyen et mobilisation populaire dans les zones couvertes par la recherche
  5. Griefs collectifs : Existence/absence ou perception d’existence/absence des griefs visant certains collectifs et/ou croyances dans les zones couvertes par la recherche
  6. Environnement sécuritaire : Présence/absence policière et/ou militaire responsable de violations des droits humains dans les zones couvertes par la recherche
  • Élaboration d’une base des données des acteurs clés agissant dans la Prévention de l’Extrémisme Violent et la Lutte Contre le terrorisme dans les zones d’intervention couvertes par l’action. Cette base des données devrait incorporer un minimum de 30 personnes clés pour chaque quartier ou CU couverte par l’action. Un minimum de 15 acteurs de chaque zone couverte par le projet devraient être des institutions publiques locales qui vont participer dans la définition collective des diagnostics locaux sur la situation des extrémismes violents dans les zones couvertes par l’action
  • Élaboration d’une base des données des acteurs associatifs et mouvements sociaux présents dans les zones couvertes par l’action qui vont participer dans la définition collective des diagnostics locaux sur la situation des extrémismes violents dans les zones couvertes par l’action
  • Réalisation d’une cartographie sur les initiatives institutionnelles sociales en matière de prévention de l’extrémisme violent et la lutte contre le terrorisme dans les zones couvertes par l’action
  • Élaboration des documents d’enquêtes, et des guides des focus-groups, des entretiens semi-dirigés, … qui seront utilisés pour produire des diagnostics locaux sur la situation des extrémismes violents dans les zones couvertes par l’action
  • Réunion avec les membres de l’OPEV-Tunisie pour valider la proposition méthodologique pour réaliser des diagnostics locaux sur la situation des extrémismes violents dans les zones couvertes par l’action
  • Finalisation de l’analyse sur la situation des facteurs (I. capital social, II. Niveau d’inégalités, III.  Conflits gelés, IV. Présence d’organisations et/ou groupes extrémistes violents, V. Griefs collectifs, VI. Environnement sécuritaire) des extrémismes violents dans les zones couvertes par l’action. Cette analyse devra être complétée en se basant sur les conclusions des différentes méthodologies utilisées (documents d’enquêtes, et des guides des focus-groups, des entretiens semi-dirigés, …) pour connaître la situation des extrémismes violents dans les zones couvertes par l’action. Un minimum de 100 personnes et/ou acteurs associatifs et publics par zone d’intervention devraient participer dans cette phase.
  • Liste des idées principales sur les forces, menaces, faiblesses et opportunités sur la situation des extrémismes violents dans les zones couvertes par l’action qui seront débattues dans des ateliers participatifs dans chaque commune urbaine et/ou quartier couvert par l’action
  • Soutien à l’OPEV- Tunisie dans l’organisation de trois ateliers (1. jeunes, 2. femmes et 3, acteurs associatifs et publics locaux) par CU et/ou quartier couvert par l’action (minimum 18, maximum 54) pour la formulation d’un diagnostic participatif
  • Rédaction d’un diagnostic participatif pour chacune des zones couvertes par l’action sur la vision des jeunes, des femmes et des acteurs associatifs et publics locaux par rapport à l’extrémisme violent
  • Finalisation des études diagnostiques locales et formulation d’une analyse SWOT globale sur la situation de l’extrémisme violent dans les régions ciblées basé sur les principales conclusions des diagnostics participatifs locaux
  • Soutien à l’OPEV- Tunisie dans l’organisation d’un atelier participatif dirigé aux principales organisations agissant dans la défense des droits des femmes dans le pays avec le but de vérifier que l’approche genre a été transversalisée dans l’analyses SWOT global
  • Présentation du résultat global à l’OPEV-Tunisie et validation

  • Livrables

– Description accrue des zones couvertes par l’action sur le plan économique, social, géographique, et infrastructures disponibles. La description des zones d’intervention devrait être détaillée dans un minimum de 10 pages pour chaque zone d’intervention.

– Compilation des études déjà existantes sur l’extrémisme violent en Tunisie

– Base des données des acteurs clés agissant dans la Prévention de l’Extrémisme Violent et la Lutte Contre le Terrorisme dans les zones d’intervention couvertes par l’action

– Base des données des acteurs associatifs et mouvements sociaux présents dans les zones couvertes

– Cartographie sur les initiatives institutionnelles sociales en matière de prévention de l’extrémisme violent et la lutte contre le terrorisme dans les zones couvertes par l’action. Minimum 5 pages par chaque zone d’intervention

– Documents d’enquêtes, et des guides des focus-groups, des entretiens semi-dirigés

– Analyses sur les différents facteurs (I. capital social, II. Niveau d’inégalités, III. Éventuelles violations des droits humains, IV. Conflits gelés, V. Présence d’organisations et/ou groupes extrémistes violents, VI. Griefs collectifs, VII. Environnement sécuritaire) qui promeuvent les extrémismes violents dans les zones couvertes par l’action. L’état des indicateurs dans les zones couvertes par l’action devrait être détaillé dans un minimum de 30 pages (10 quantitatives, 20 qualitatives) par chaque zone d’intervention. Il doit contenir les données compilés à travers la revue documentaire ainsi qu’à travers des sources d’information primaires (focus-groups, enquêtes, entretiens semi-dirigés, …)

– Liste des idées principales sur les forces, menaces, faiblesses et opportunités sur la situation des extrémismes violents dans les zones couvertes par l’action. Minimum 2 pages par chaque zone d’intervention

– Trois analyses SWOT participatifs pour chaque zone couverte par l’action sur la vision des jeunes, des femmes et des acteurs associatifs et publics locaux par rapport à l’extrémisme violent. Minimum 3 pages par chaque zone d’intervention

– Analyse SWOT globale sur la situation de l’extrémisme violent en Tunisie. Minimum 1 page

Tous les livrables devront être soumis en langue arabe et française.

  • Durée de la mission

La durée prévisible pour l’élaboration de cette étude est estimée à 5 mois. Le service doit être implémenté entre les mois de juin et octobre de 2018. Le groupe d’experts ou le soumissionnaire doivent prévoir dans leur offre économique un budget spécifique dédiée à la traduction.

  • Compétences requises

Nous saluons des offres des consultants indépendants, des organisations de la société civile, des professionnels juridiques, cabinets d’avocats, des opérateurs du secteur public et des universités.

Le groupe d’experts ou le soumissionnaire doivent présenter au minimum les compétences suivantes :

– Détenteur d’un diplôme de troisième cycle ou équivalent en sociologie et/ou dans le camp des science sociales ou humaines. C’est souhaitable que le chef de l’équipe d’experts soit Spécialisé en Développement et action social et économique vu que les analyses des causes de EV sont complexes et pluridisciplinaires.

– Avoir une expérience de 05 ans au minimum dans la recherche et l’analyses statistique

– Avoir une expérience éprouvée dans la thématique de l’extrémisme violent

– Très bonne capacité d’analyse et de rédaction

– Bonne compréhension et grande sensibilité à la question du genre

– Très bonne maîtrise de l’arabe et du français et des outils informatiques

– Avoir des capacités et de l’expérience éprouvée dans la collaboration et concertation avec les organisations de la société civile

– Bonne connaissance de l’environnement juridique, politique, institutionnel, et social de la Tunisie

  • Comment postuler et suite

Les candidats doivent fournir les documents suivants pour être éligibles pour l’appel à service :

  • CV du groupe d’experts ou de l’expert responsable de l’implémentation des actions.
  • Information de contact.
  • Offre méthodologique détaillé et spécifique pour l’implémentation des actions, y compris les objectifs, le calendrier proposé, les intervenants, les actions à réaliser, la description des indicateurs de mesure facteurs (I. capital social, II. Niveau inégalités, III. Éventuelles violations des droits humains, IV. Conflits gelés, V. Présence d’organisations et/ou groupes extrémistes violents, VI. Griefs collectifs, VII. Environnement sécuritaire) qui promeuvent les extrémismes violents dans les zones couvertes par l’action, les bénéficiaires, …
  • Offre financière détaillée
  • Un minimum de 5 références (projets/recherches de travaux antérieurs)
  • La copie d’au moins un rapport de consultance illustrant un travail réalisé dans un contexte en lien avec la présente offre de consultance

Les critères qui seront tenues en compte lors du choix de l’offre méthodologique gagnante sont les suivants :

– Prix (25%)

– Qualité des indicateurs proposés dans l’offre méthodologique pour mesurer les facteurs qui promeuvent les extrémismes violents dans les zones couvertes par l’action (25%)

– Méthodologie proposée pour la réalisation de l’étude-diagnostic (25%)

– Expérience de l’équipe responsable de la recherche proposée (25%)

Nous encourageons les candidats à soumettre l’ensemble des documents à fournir en français.

La date limite de soumission des offres est le 18 Mai 2018 avant 23:59, heure locale de la Tunisie.

Veuillez soumettre le dossier de demande à freesight2011@gmail.com.

Veuillez écrire la référence suivante dans le sujet de l’email : SALAM : étude PEV

Si vous avez des questions à propos de ces lignes directrices, prière de contacter freesight2011@gmail.com..

L’e-mail sera le seul canal de communication avec les candidats.

Remarque importante :

Cette offre concerne les bureaux d’étude spécialisés en la matière, les experts, ou groupes d’experts spécialisés conformément aux conditions dictées dans le point 6 de ces TdRs .

Aquesta contractació s’enmarca en el projecte : “SALAM prevenir l’extremisme violent a Tunisia, un enfocament basat en els drets humans i la consolidació de la pau” finançat per l’Instrument d’Estabilitat i Construcció de la Pau de la Unió Europea a través de la convocatòria de projectes EuropeAid 154272/DD/ACT/TN

 

 

INFORMACIÓ PELS CANDIDATS INTERESSATS EN POSTULAR A AQUESTA LICITACIÓ

Data límit de presentació de la candidatura: 18 de maig 2018

Abans de les 23.59h (hora local de Tunísia)

Context de l’estudi:

L’extremisme violent representa una afronta als valors de la societat civil compromesa amb el manteniment d’una pau positiva i la promoció d’una verdadera democràcia, la seguretat humana, la protecció dels drets humans, el desenvolupament sostenible i la justícia social. Els extremismes violents volen prendre el poder polític actuant contra els drets humans i les llibertats fonamentals. La seva ideologia pot ser adoptada per individus, grups o coalicions d’Estats.

Del 28 al 30 de gener de 2017, la Conferència de Barcelona “Envers un nou paradigma: prevenir l’extremisme violent” va reunir a 322 persones representants de 172 organitzacions de la societat civil de 22 països de la regió euro-mediterrànea, implicades en el procès participatiu per a la formulació de la “Declaració de Barcelona: Pla d’Acció de la Societat Civil euro-mediterrànea per prevenir totes les formes d’extremisme violent” i el llançament de la plataforma regional “Observatori per a la Prevenció del Extremisme Violent (OPEV)”.

El 22 de febrer de 2017 a Tunis, més de 60 organitzacions de la societat civil tunisiana van participar al seminari “Reforçar la resiliència i els discurs alternatius, envers un nou pla d’acció tunisià per la prevenció dels extremismes violents” i es va ressaltar la importància de la creació d’una xarxa de coordinació i la posada d’accions conjuntes claus en la matèria a Tunísia. És en aquest contexte qu neix  l’OPEV Tunísia.

Presentació del projecte SALAM 

Inserit en la dinàmica de l’OPEV-Tunísia, els promotors de l’iniciativa “SALAM: Prevenir l’Extremisme Violent a Tunísia” pretenen contribuir a la promoció dels valors democràtics de la pau i la dignitat humana al país mitjançant l’enfortiment de les competències dels actors no-estatals en matèria de prevenció dels extremismes violents.

Aquest projecte es financia gràcies al Instrument d’Estabilitat i la Pau (ICSP) de l’Unió Europea a través de la convocatòria EuropeAid/154272/DD/ACT/TN

SALAM és un projecte que s’articula en dos nivells :

  • Un nivell local que dóna prioritat a 5 regions, Kasserine, Tataouine, Médenine, Le Kef i Grand Tunis (Tunis, Ariana, Manouba et Ben Arous)
  • Un nivell nacional

SALAM s’articula en torn a 5 eixos principals :

  1. El reforç de l’OPEV-Tunísia com plataforma de diàleg i de generació de propostes de la societat civil tunisiana de polítiques públiques per a la prevenció dels extremismes violents
  2. El desenvolupament de coneixements sobre les causes dels extremismes violents
  3. La promoció i la participació de les dones i els joves en la formulació de polítiques públiques sobre la prevenció dels extremismes violents.
  4. Contribuir a renforçar la resiliència dels joves envers els discursos extremistes violents.
  5. La posada en marxa d’una estratègia per la prevenció dels extremismes violents en l’àmbit penitenciari.

En aquest context, i per tal de contribuir una fulla de ruta eficaç de les accions de l’OPEV a Tunísia, llançem aquesta oferta per l’elaboració d’un estudi de diagnòstic sobre els extremismes violents en: un mínim de 5 i un màxim de 15 ciutats de les regions de Kasserine, Tataouine, Médenine, Le Kef i Grand Tunis (de 1 a 3 per regió) i en un mínim de 1 i un màxim de 3  barris de Tunis capital. El nombre final i el nom de les zones objecte de l’estudi seran comunicades al equip responsable de la execució d’aquest servei posteriorment.

Objectius de l’estudi : 

L’estudi te els següents objectius :

– Elaborar una cartografia de les institucions, actors públics i civils i persones clau que tracten la qüestió de l’extremisme violent a nivell local en un mínim de 5 i un màxim de 15 ciutats de les regions de Kasserine, Tataouine, Médenine, Le Kef i Grand Tunis -entre 1 i 3 per regió- i entre 1 i 3 barris de la ciutat de Tunis).

– Realitzar un anàlisis dels factors locals que promouen els extremismes violents a nivell social en les zones del projecte.

– Realizar un anàlisis de la presència de moviments extremistes violents en les zones del projecte.

– Realitzar un anàlisis de l’impacte local de les polítiques antiterroristes en les zones del projecte.

 

Descripció dels serveis i consideracions metodològiques :

La proposta metodològica ha d’incloure al menys les accions següents :

-Revisió bibliogràfica sobre l’extremisme violent a Tunísia i les diferents iniciatives i programes existents en matèria de prevenció de l’extremisme violent i lluita contra el terrorisme, tant d’institucions públiques com de la societat civil

Descripció acurada de les zones d’intervenció del estudi (un mínim de 5 i un màxim de 15 ciutats de les regions de Kasserine, Tataouine, Médenine, Le Kef i Grand Tunis -entre 1 i 3 per regió- i entre 1 i 3 barris de la ciutat de Tunis) amb dades estadístiques actualitzades sobre la localització geogràfica, demografia, dades socio-econòmiques, infraestructures públiques i privades, disponibilitat de zones de lleure, cultura, educació, transport etc.

-Anàlisi de la situació dels diferents factors inclosos en el Pla del Secretari de Nacions Unides per a la prevenció de l’extremisme violent en les zones cobertes pel projecte. L’equip de recerca haurà d’incoure en la seva nota metodològica indicadors tant quantitatius com qualitatius per tal d’analitzar els factors següents :

1.Capital social: presència o manca d’un teixit social que contribueixi al reforçament de la resiliència de la població local en les zones del projecte.

2.Desigualtats: Existència o manca de perspectives o oportunitats socio-econòmiques, així com espais de participació ciutadana a favor de les poblacions més vulnerables

3.Conflictes latents: Existència o ausència de conflictes locals de llarga durada sense resolució que es perllonguen en el temps.

4.Presència d’organitzacions o de grups extremistes violents: presència d’organitzacions extremistes violentes amb capacitat per captar nous adeptes, nivell de suport d’aquestes organitzacions per part de la ciutadania i capacitat de mobilització social.

5. Greuges colectius: existència/absència i/o percepció de existència/absència de greuges envers certs col.lectius o creences.

6. Entorn securitari: presència o absència de policia o militars responsables de violacions de drets humans.

-Elaboració d’una base de dades d’actors clau en la prevenció de l’extremisme violent i la lluïta contra el terrorisme en les zones del projecte. Aquesta base de dades hauria d’incloure un mínim de 30 persones clau a cada barri o zona del projecte. Un mínim de 15 actors haurien de ser institucions públiques locals que participaran en el diagnòstic col.lectiu sobre els extremismes violents a nivell local

-Elaboració d’una base de dades d’actors associatius o pertanyents a moviments socials presents en la zona del projecte que participaran en el diagnòstic col.lectiuobre els extremismes violents a nivell local

-Elaboració d’una cartografia sobre les iniciatives institucionals i socials en matèria de prevenció de l’extremisme violent i lluita contra el terrorisme.

-Elaboració de qüestionaris, de guies de dinamització grups focals, d’entrevistes semi-estructurades, i altres eines que seran utilitzades per elaborar diagnòstics locals sobre els extremismes violents en les zones cobertes pel projecte

-Reunions amb els membres del OPEV-Tunísia per tal de validar les propostes metodològiques per elaborar els diagnòstics locals.

-Anàlisis dels factors (capital social, nivell de desigualtats, conflictes latents, presència d’organitzacions o de grups extremistes violents, agravis col.lectius, entorn securitari). Aquest anàlisi haurà de completar-se basant-se en les conclusions extretes gràcies a les diferents metodologies utilitzades (enquestes, guies de grups focals, entrevistes semi-estrcuturades, …). Un mínim de 100 persones i/o actors públics per zona de intervenció del projecte haurien de participar en aquesta fase.

-Llista de principals idees sobre les forces, les amenaçes, les febleses i oportunitats de l’extremisme violent en les zones del projecte. Aquestes idees seran debatudes en tallers participatius de cada barri o zona d’implementació del projecte.

-Suport a l’OPEV-Tunísia en l’organització de tres tallers (1 .joves, 2. dones, 3. actors de la base associativa i actors públics locals) en cada una de les zones del projecte (mínim 18, màxim 54) per la formulació de diagnòstics participatius sobre els extremismes violents en cada una de les zones d’intervenció del projecte.

-Redacció d’un diagnòstic participatiu per cada una de les zones cobertes per el projecte sobre la percepció dels joves, dones i actors de la base associativa sobre l’extremisme violent.

-Finalització els estudis de diagnòstic local i formulació d’un anàlisi SWOT global sobre la situació dels extremismes violents en les regions del projecte, basat en les conclusions extretes del diagnòstic participatiu.

-Suport a l’OPEV-Tunísia en l’organització d’un taller participatiu dirigit a les principals organitzacions actives en la defensa dels drets de les dones a Tunísia, amb l’objectiu de verificar que la perspectiva de gènere es tracta de manera transversal en l’anàlisis SWOT global.

-Presentacions dels resultats globals al equip OPEV-Tunísia i validació.

Productes a entregar al final del servei:

  1. Descripció acurada de les zones del projecte des de la vessant econòmica, social, geogràfica, etc. La descripció de les zones d’intervenció haurà de detallar-se en un mínim de 10 pàgines per cada zona d’intervenció.
  2. Recopilació d’estudis existents sobre els extremismes violents a Tunísia. 
  3. Base de dades dels actors associatius i moviments socials presents en les zones del projecte.
  4. Base de dades dels actors clau atius en la prevenció del extremisme violent i la lluita contra el terrorisme en les zones d’intervenció del projecte.
  5. Cartografia de les iniciatives institucionals o socials en matèria de prevenció de l’extremisme violent i la lluita contra el terrorisme, mínim 5 pàgines per zona d’intervenció.
  6. Documents de les enquestes, guies dels grups focals, entrevistes semi-estructurades, …
  7. Anàlisi dels diferents factors (1. capital social, 2. nivell de desigualtats, 3.greuges col.lectius, 4. entorn securitari) que promouen els extremismes violents en les zones del projecte. Els indicadors utilitzats en les zones d’intervenció hauran d’estar detallats en un mínim de 30 pàgines, 10 quantitatives i 20 qualitatives per a cada zona d’intervenció. Aquest contigut haurà d’incorporar tant les dades recopilades a través de la revisió de bibliogràfia, així com de les fonts primàries (grups focals, enquestes, entrevistes semi-estructurades, …)
  8. Llista de les principals idees sobre les forces, amenaçes, febleses i oportunitats sobre la situació dels extremismes violents en les zones del projecte. Mínim 2 pàgines per zona.
  9. Tres anàlisi SWOT participatius per cada zona d’intervenció, sobre la percepció dels joves, dones, actors associatius i actors locals envers l’extremisme violent. Mínim 3 pàgines per cada zona d’intervenció.
  10. Anàlisi SWOT global sobre la situació dels extremismes violent a Tunísia. Mínim 1 pàgina.

Tots els productes hauràn d’entregar-se en francès i en àrab.

Durada de la missió: 

La durada prevista per a l’elaboració d’aquesta consultoria es de 5 mesos. Es desenvoluparà entre els mesos de juny i d’octubre de 2018. La persona o l’equip contractat per aquest servei haurà de preveure en el pressupost una partida específica per a les despeses de traducció.

Competències requerides:

Són benvingudes ofertes de consultors independents, d’organitzacions de la societat civil, de juristes, despatxos d’advocats, funcionaris públics i universitats.

Els candidats hauràn de cumplir els requeriments següents :

  • Estar en posessió d’un diploma universitari  en sociologia o en l’àmbit de les ciències socials o humanes. Es desitjable que el cap de l’equip d’experts estigui especialitzat en Desenvolupament o Acció Social i Economia.
  • Tenir una experiència mínima de 5 anys en recerca i anàlisis estadístic.
  • Tenir experiència demostrable en l’etudi dels extremismes violents.
  • Bona capacitat d’anàlisi i de redacció.
  • Bona comprensió de l’enfoc de gènere
  • Domini del àrab i del francès i d’eines informàtiques.
  • Disposar de capacitats i d’experiència probada de treball amb la societat civil.
  • Bon coneixement del sector jurídic, polític etc de Tunísia.

Com postular a aquesta oferta: 

Les persones interessades per aquesta licitació han de fer arribar els següents documents :

  • CV del grup d’experts o del expert responsable de l’implementació de les accions.
  • Informació de contacte
  • Proposta metodològica detallada i específica per a l’implementació de les accions, inclosos els objectius, el calendari, les activitats a realitzar, la descripció dels indicadors que seràn utilitzats.
  • Oferta econòmica
  • Un mínim de 5 referències de projectes realitzats amb anterioritat.
  • La còpia dels resultats d’una altra consultoria en una temàtica similar a la present.

Els criteris que es tindràn en compte a l’hora de seleccionar la millor proposta metodològica són les següents :

– Preu (25%)

– Qualitat dels indicadors proposats en la proposta metodològica (25%)

– Metodologia proposada per l’estudi de diagnòstic (25%)

– Experiència del candidat (25%)

Demanem que els candidats enviin la seva proposta i els documents en francès.

La data límit és el 18 de maig a les 23.59h (hora de Tunisia)

Enviar les candidatures a : freesight2011@gmail.com.

Escriure el títol següent en l’assumpte del mail  SALAM : étude PEV

Per més informació i preguntes, escriure a freesight2011@gmail.com..

Important:

Aquesta oferta és aplicable als centres d’estudis especialitzats en la matèria, experts o grup d’experts conforme a les condicions especificades en el punt 6 dels termes de referència.